August 9, 2021

Scrum en Côte d’Ivoire : Quel mélange !

 

Rien n’est ce qu’il semble être – Photo Roland Flemm

Quand on parle de Scrum et d’Agilité, nous sommes habitués à penser à l’Amérique et à l’Europe, et non à l’Afrique. Je dois avouer que je suis totalement ignorant du niveau de Scrum et de l’Agile en Afrique. Inutile de dire que j’étais excité d’être invité en Côte d’Ivoire pour une formation PSM-1 et PSPO-1 dans la ville d’Abidjan.

J’étais super curieux d’en savoir plus sur l’Agilité et de Scrum dans ce pays africain. Est-ce que l’Agilité fonctionne là-bas ? Les gens peuvent-ils comprendre et appliquer les principes de l’agilité ? Comment le contexte historique entre-t-il en jeu ? Y aura-t-il de fortes structures de commandement et de contrôle du haut vers le bas, ce qui empêchera les équipes de prendre de l’autonomie ? Est-ce que Scrum fonctionnera dans la perspective d’un héritage colonial ? Et qu’en est-il de la transparence ? J’entends dire que “ces pays” sont très corrompus. Et la corruption implique le secret, faire avancer les choses avec de l’argent. Comment cela fonctionnera-t-il en ce qui concerne le rôle du PO et la gestion des parties prenantes ? Quel sera le niveau de formation des candidats et quel niveau d’Agilité ou de Scrum connaissent-ils ? Pour ne citer que quelques questions qui me sont venues à l’esprit…

J’avais déjà appris du partenaire de formation que les gens sont très fiers de leurs réalisations. Même avant la formation, les participants à mes formations avaient été très actifs dans leurs réseaux sociaux pour annoncer qu’ils suivraient un cours très bien noté selon les normes industrielles mondiales. Il m’a semblé que leur présence était une réussite en soi.

le traffic à Abidjan – photo by Roland Flemm

Respect

En arrivant à mon appartement, je constate une première différence culturelle surprenante. Sur le pas de la porte de l’appartement, un jeune ivoirien m’accueille et m’incite amicalement à prendre mes bagages. Mon premier réflexe est de les sortir de la voiture moi-même mais le partenaire d’entraînement français intervient et permet à Marc de les porter pour moi dans les escaliers. Une fois dans l’appartement, il m’explique : “Ce pays a une histoire de longs voyages à pied, en portant les bagages sur la tête. Après des jours de marche, il est de coutume, en signe de gratitude et d’hospitalité de l’hôte envers le visiteur, de prendre la charge à l’arrivée et de porter les bagages pour les dernières marches jusqu’à la résidence de l’hôte. C’est un signe d’hospitalité envers tout le monde”. Je commence à soupçonner qu’il y aura d’autres surprises à venir.

Marc. Photo by Roland Flemm

Efficacité

Marc sera là tous les jours de mon séjour. Il m’attendra sous un palmier, surveillant activement la rue pour m’offrir immédiatement ses services, et portera mon sac pendant les 25 mètres de marche jusqu’au centre de formation. Ce sera son but dans la vie pendant la durée de mon séjour. Le payer serait une insulte. M’offrir ce service semblait très inefficace. La situation était comme si j’étais un manager m’opposant à Scrum parce que “les équipes Scrum ne sont pas efficaces”. Comme dans ce cas, il ne s’agit pas du tout d’efficacité. Grâce à moi, Marc reçoit de l’aide, de la nourriture, un abri et quelque chose à faire. Ma contribution consiste à permettre à ce système de fonctionner en y contribuant.

Je suis également présenté à Armand. Il sera mon guide et m’emmènera dans la ville et me conduira en dehors de la ville pour voir la plage. Armand m’a assuré qu’il serait là pour moi 24h/24 et 7j/7 et que je pourrais lui demander tout ce que je veux. Les ivoiriens savent vraiment comment être hospitaliers !

Empirisme

Le deuxième matin, il n’y a pas d’eau qui sort du robinet. Je dois improviser. Et puis, il y a une panne d’électricité. Je dois encore improviser. En prélude à ce voyage expérimental, j’étais agacé que les ivoiriens aient une vision différente de la mienne des accords et des rendez-vous. Maintenant, je commence à comprendre pourquoi: La quantité d’inconnus dans la vie ivoirienne est bien plus importante qu’en Europe. La vie est plus compliquée. Dans ce pays, les gens doivent continuellement résoudre des problèmes. Ils doivent improviser et prendre toutes sortes de décisions inattendues pour atteindre des objectifs assez simples, comme se rendre à un rendez-vous.

Je suis désolé, je ne partagerai pas le taxi avec votre chèvre… – photo Roland Flemm

Tout le monde fait de son mieux pour fournir le meilleur service possible, compte tenu les circonstances. Les gens sont très habiles et créatifs pour résoudre les problèmes. Cela me rend très enthousiaste quant aux capacités agiles de ce pays. La société est indulgente et comprend que la vie est pleine de défis et que, parfois, les choses ne se passent pas comme prévu. Il y a de la place pour l’échec. Je pense que les personnes ayant une telle attitude peuvent devenir d’excellents membres d’une équipe Scrum.

Ouverture, Courage, Respect et Engagement

Dans ma formation, tous les participants un niveau d’étude élevées. Le partenaire local m’a indiqué que seul un très faible pourcentage de la population a accès à une formation de ce niveau. Bien que l’éducation soit accessible à tous, elle n’est pas gratuite. De nombreux parents choisissent de dépenser leur argent à d’autres choses plutôt qu’à l’éducation de leurs enfants. Malheureusement, même avec un taux d’alphabétisation de 47%, être analphabète ou sans instruction est méprisé par les personnes instruites. J’ai observé plusieurs situations par jour où la sécurité psychologique était un problème (avec moi ou entre nous). J’ai remarqué que les ivoiriens ont des difficultés (sans lien avec le niveau de compréhension) avec les valeurs Scrum d’ouverture et de courage et de respect. En particulier, ils ont trop de respect (envers les personnes instruites). Heureusement, les ivoiriens sont d’excellents résolveurs de problèmes, et ils appellent immédiatement à l’aide dès que “le patron a quitté le bâtiment”. Ils rassemblent leurs collègues, leurs amis et leur famille pour essayer de comprendre ce qu’ils doivent faire. Ils veulent fournir un excellent service (engagement) et vont résoudre le problème. Cependant, ils échouent souvent car, dans de nombreux cas, ils n’ont pas de référence sur ce qui est attendu. Disons qu’ils doivent faire un pudding et que vous leur avez donné la recette. Ils essaieront de la faire, mais ajouteront peut-être 1 litre de lait au lieu de 1 cl parce que personne n’a remarqué la différence et que personne ne sait de toute façon à quoi doit ressembler un pudding ni quel goût il doit avoir… Cela montre à quel point le retour d’information rapide est précieux dans une société comme celle-ci.

Il existe une différence culturelle dans la gestion des rendez-vous. Pour les ivoiriens, c’est l’objectif du rendez-vous qui compte, et non l’heure exacte de la rencontre. Ainsi, si une personne ne se présente pas à l’heure convenue, les européens pourraient interpréter cela comme un manque de respect. Soyez assuré qu’ils essaient de vous retrouver à l’heure, mais il est probable que quelque chose d’inattendue provoque un retard. À un moment donné, mon assistant n’a pas pu arriver à l’heure à un rendez-vous. Je m’attendais à recevoir une notification avec une explication du retard. Cela n’a pas été le cas. De son point de vue, il n’y avait pas vraiment besoin de m’informer, puisque j’étais bien à l’aise dans mon appartement confortable. Après en avoir discuté et avoir expliqué qu’il était important pour moi de savoir comment notre rendez-vous devait être modifié, il m’a informé en temps utile des retards. Je dois dire que les ivoiriens sont d’excellents apprenants et qu’ils s’attachent à offrir une valeur ajoutée à leurs clients. Mais comme toujours, nous devons nous aligner sur ce qu’est “la valeur”.

Hiérarchie

Il y a un fort sentiment de communauté, mais plus profond, il y a aussi un fort sentiment d’inégalité. La Côte d’Ivoire est composée de soixante tribus. Ces tribus étaient continuellement en guerre les unes contre les autres jusqu’à ce qu’elles soient unies contre un ennemi commun : les français. Les français leur ont donné une langue commune, un code de conduite et une certaine forme de démocratie. Cependant, les convictions divergentes sous-jacentes n’ont pas disparu. J’ai vu les ivoiriens se tendre la main et se soutenir uniquement envers les personnes de leur tribu. J’ai également vu comment ils oppriment et traitent avec condescendance les membres d’autres tribus et les ivoiriens moins fortunés. À plusieurs reprises, j’ai été arrêté par un policier qui ne nous laissait poursuivre notre route qu’après avoir bavardé avec nous jusqu’à ce que nous lui donnions un peu d’argent. J’étais contrarié par cet abus de pouvoir. Cependant,… Mon guide m’a expliqué que la communauté avait besoin de policiers dans les rues. Cependant, leurs salaires sont très bas et sans le soutien de la communauté, il n’y aurait pas de policiers. En d’autres termes, le système fonctionne différemment du nôtre. J’ai appris que je devais faire attention à ne pas trop juger et condamner les choses parce qu’elles sont différentes de ce à quoi je suis habitué.

Des équipes autonomes

J’ai vu un fort sens de la hiérarchie. Les gens riches et éduqués ont une stature. Ils mènent la barque, ils sont “le Chef”. Les autres les paient ou les servent pour les influencer afin de faire avancer les choses. J’ai demandé à mes stagières de PSPO comment cela affecterait la promotion du servatn leadership et de l’autonomie des équipes. (Ils ont étudié la médecine et travaillent en tant que PO ou membres d’équipes Scrum dans une branche locale d’une entreprise américaine). À ma grande surprise, ils considèrent l’Agillté comme un mouvement révolutionnaire. Pour eux, les équipes autonomes ramènent le pouvoir dans les mains du peuple, comme c’était le cas avant que les français ne prennent le pouvoir. La formation leur fournissait les arguments nécessaires pour discuter le changement organisationnel et de l’autonomie des équipes dans leurs domaines. J’ai eu l’impression que l’autonomie des équipes est liée à la façon dont les tribus fonctionnaient dans les temps anciens. Le chef de tribu ne prenait pas de décisions, il était sage et était consulté pendant que les familles effectuaient des travaux pour atteindre des objectifs communs.

Conclusion

Des stagiaires heureux – photo Ivoire Formations

Ma première impression de la faisabilité de l’Agilité et Scrum en Côte d’Ivoire est très positive. Visiter ce pays pendant une seule semaine m’a fait sentir humble et reconnaissant. Les gens sont très amicaux, polyvalents et extrêmement motivés. En général, les gens ont un état d’esprit expérimental et Agile.

Ce pays a beaucoup de potentiel et nous pouvons l’aider par une bonne formation Scrum afin qu’il puisse créer des environnements sûrs dans lesquels les gens peuvent empiriquement accomplir leur travail. L’autonomisation des équipes et le repositionnement du rôle des managers en tant que servant-leaders sont essentiels. (Ce qui ne semble pas très différent des défis auxquels nous sommes confrontés en Europe).